LE FESTIVAL

Assister à des grands concerts dans un cadre historique et champêtre, environné d’art contemporain et de gastronomie maline… Peut-on rêver meilleure perspective ?

Cette proposition, qui ne se refuse pas, émane d’Essonne en Scène. Contraint d’annuler son édition 2020 après une inauguration réussie en 2019, le festival fait son retour, du 3 au 5 septembre, au domaine départemental de Chamarande. Une deuxième édition, donc, portée par un enthousiasme intact et les mêmes ambitions : concevoir, sur trois journées, une expérience de divertissement globale, en programmant un plateau digne des plus grands festivals dans des conditions d’accueil et d’écoute optimales. Musique, création et bien-être dans une ambiance conviviale : et si c’était exactement ce dont nous avions besoin ?

Le festival est tout neuf mais il bénéficie du savoir-faire des Francofolies qui, créées à la Rochelle en 1985 pour promouvoir la scène francophone, étendent leur réseau en labellisant des événements en France et à l’étranger. Sous ce prestigieux parrainage, Essonne en Scène par les Francofolies – son nom complet – a déjà tout d’un grand, non seulement pour le calibre des vedettes programmées mais pour l’ensemble des prestations imaginées à destination d’un public diversifié, éventuellement familial, originaire du territoire essonnien autant que des départements voisins. On vient à Essonne en Scène pour les concerts, mais on revient pour tout ce qui les entoure : écouter Jean-Louis Aubert dans un somptueux parc de 98 hectares, au pied d’un spectaculaire château du XVIIe siècle, tout en profitant d’une politique tarifaire toute douce, c’est à Chamarande et nulle part ailleurs.

Organisé par le Département de l’Essonne, le festival braque aussi les regards sur un territoire qui souhaite valoriser sa diversité – urbain au nord, rural au sud – et son dynamisme économique, dans les secteurs de la recherche et de l’innovation particulièrement, ainsi que son patrimoine historique et sa vitalité culturelle. Ces caractéristiques sont incarnées dans l’accueil d’un festival de musiques actuelles sur un site comme Chamarande, encore un projet ambitieux contribuant à valider la devise « Essonne : Terre d’Avenirs ». Et qu’on se le dise : il se passe des choses passionnantes au-delà du périphérique et Essonne en Scène va s’inscrire durablement dans le paysage des festivals français.

guitar-lights